ArticlesInformationcommuniquer à l'etranger

De l’importance des mots…

laurence, myyeti, Agence de voyage 2.0

A nous deux, mon mari et moi parlons 5 langues : français, anglais (nearly fluent), lui allemand, moi italien et je me débrouille en espagnol. On est donc plutôt cool en voyage et nous nous posons rarement la question de communiquer sur place.
Les problèmes ont commencé il y a 2 ans en Corée du Sud où ça n’était pas toujours facile de se faire comprendre une fois sortis de Séoul.
Google traduction est mon ami, même si ça n’est pas toujours idéal, ça peut faire le job… si tu as le wifi…. sinon bonjour la facture en rentrant.

Cette année re-belotte, nous sommes au Japon où communiquer n’est pas vraiment facile, peu de japonais parlant anglais.
Ils sont charmants, te répondent tout en Japonais alors que tu n’en capte pas un mot ormis Konnichiwa et Arigatogozaimashita. C’est un peu la quatrième dimension mais c’est toujours très sympathique.

Donc, pour en revenir à ce qui nous intéresse ici, on a donc pris un wifi pocket, qui nous donne du réseau partout, (j’y reviendrai dans un prochain article sur les astuces pour voyager au japon) et tout le début de notre voyage, nous avons utilisé google traduction. Vu l’approximation des traductions, ça nous a causé une petite frayeur….

On ne rit pas !

A Tokyo mon mari, notoirement distrait, entre dans une boutique un peu chic pour acheter de la tisane. Google traduit la tisane. Le japonais qui s’occupe de lui ne connait pas un mot d’anglais sauf really good !
Il va lui chercher un paquet de tisanes et lui rabâche des really good en veux tu en voilà.
L’époux rentre dans la maison que nous avions loué et me fait l’article comme quoi il a trouvé une top tisane : le vendeur lui a assuré que c’était

Le top du really good !

Ok donc, on met à infuser pour se faire une petite dégustation. Le truc est un gros carré avec des herbes à l’intérieur.
C’est bon, ça a un petit goût fumé vraiment pas mal.
Pendant que je sirote, je regarde l’arrière du paquet et là je vois des dessins et des tonnes de textes en japonais.
On voit un enfant, avec les joues rouges, une femme avec une serviette sur la tête…hum, curieux…
Je prends mon application de reconnaissance de caractères et là, je découvre que l’on doit mettre le fameux carré dans minimum 100 litres d’eau et que c’est bon pour une tripoté de maux… de la peau sèche aux poussées dentaires des enfants.

Chouette nous sommes en train de nous désaltérer avec des sels de bains !

Petit coup de chaud car on est loin de la dilution dans 100 litres d’eau, on est quand même plus près de celle dans un demi litre!
On vient de se boire du condensé de condensé. Pour se rassurer on se dit que les bébés peuvent avaler l’eau du bain donc à priori rien ne mortel. On risque juste un genre de gastro. On prend quand même le N° des urgences tokioïtes, on ne sait jamais…
Au final, tout nickel et un petit coup de stress suite à une incompréhension dans l’échange avec le vendeur.
On a vérifié, tisane et sels de bains c’est très proche en japonais nous semble t’il.

Cette petite aventure nous a décidé à investir dans un gadget tout bonnement génial que j’avais déjà vu sur le net mais qu’on voit dans tous les magasins d’électroniques Bic Camera au japon.

J’ai nommé l’excellent Pocket talk ou comment communiquer à l’étranger

Après démonstration, j’ai été bluffée par la qualité des traductions. C’est un petit boitier qui traduit dans les 2 sens près de 80 langues.
Très simple d’utilisation : vous choisissez la langue initiale (pour nous français). Vous sélectionnez la langue désirée : ici japonais.
Vous parlez dans l’appareil et magie !!
Il traduit en écriture et en paroles.

Le truc est tout simplement génial.

On a testé vers l’anglais, ça traduit parfaitement… même les gros mots et les insultes ( ben oui, si on peut même plus traduire des horreurs, même pas drôle. En plus ça permettait de voir si le pocket talk faisait le job).
Alors c’est sûr qu’on peut s’en passer mon mari et moi, sauf si on envisage des pays improbables…(on en a quelques uns dans les tiroirs).
Par contre si vous ne parlez que le français et si communiquer à l’étranger vous donne des sueurs froides,  on s’est dit que c’était vraiment top et on a voulu vous faire profiter de la trouvaille.

Il existe 2 versions. Version basique qui marche au wifi et a laquelle vous pouvez rajouter une carte sim.
La version + avec une sim valable dans le monde entier pour 2 ans. On a pris cette dernière option et cela nous a couté un peu moins de 300 euros. Alors oui c’est une somme mais clairement c’est valable si vous voyagez pas mal et que vous ne parlez que le français. ( Oui on voyage beaucoup et on parle plein de langues mais on adore les gadgets ! )
Vous pouvez vous en procurer un sur amazon, ou, si vous avez la chance de venir au Japon, vous en trouverez dans tous les BIC CAMERA et vous pourrez même, en tant que touriste,  acheter hors taxes soit avec 8% de moins.

D'autres expériences au Japon et en Asie
Et aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires