DécouverteExpériencesGuide

Santorin, la pépite grecque

Elise, exploratrice Myyeti

Deux jours bien rythmés m’ont permis de découvrir cette île grecque magique et pleine de couleurs.
A Santorin, on se déplace majoritairement à pied, en quad ou en scooter. Du bout de l’île à son opposé, la distance est de seulement 18 kilomètres.
Il y en a pour tous les goûts à Santorin : des plages de sable rouge, noir, blanc, des sentiers escarpés de randonnées ou encore de nombreux villages colorés à découvrir.

Jour 1 : Le sud de Santorin

Ma première journée de visite est consacrée au sud de l’île et le village de Pyrgos Kallistis est mon premier arrêt.
Durant l’occupation de l’île par les Vénitiens, Pyrgos fut la ville principale de Santorin. En arpentant ce village, on y a un très bel aperçu des couleurs, paysages et reliefs de l’île. On y découvre notamment les célèbres maisons et les toits des églises bleus et blancs.

La matinée continue avec la visite des trois plages les plus emblématiques de l’île.

Alors que ces trois plages se situent à quelques mètres les unes des autres et sont très différentes.
D’abord la plage de sable rouge (Red Beach), sublime et atypique.
Puis la plage de sable blanc (White Beach). Cette plage n’est accessible qu’en bateau, c’est donc depuis les hauteurs que nous l’observons.
Enfin la plage de sable noir (Black Beach), plage où nous avons pu déjeuner avec une vue imprenable sur la mer.
Après déjeuner, Nnous reprenons notre quad vers de nouveaux villages.
Emporio est notre prochain arrêt et incontestablement mon coup de cœur du séjour. Très peu touristique, c’est le village que j’ai trouvé le plus authentique de l’île.

Nous finissons notre première journée avec Perissa, petit village balnéaire et sa plage de sable noir, puis Kamari, village de bord de mer très animé le soir. C’est les pieds dans le sable, au restaurant, que nous observons les avions en phase d’atterrissage frôler nos têtes, expérience bruyante et peu commune !

Redbeach santorin

Jour 2 : Santorin Nord

Mon deuxième jour est consacré à la partie nord de l’île. Premier arrêt, perchée sur les falaises, la capitale de l’île, Fira. Il y a beaucoup de commerces, de restaurants et d’hôtels, donc beaucoup de touristes à cet endroit. On perd le charme du premier jour et des villages déserts. Nous descendons plus de 500 marches jusqu’au port. Et nous remontons jusqu’au cœur du village en téléphérique. C’est une belle petite balade. On y croise de nombreux ânes, malheureusement encore utilisés pour transporter les touristes sur leurs dos jusqu’au port ou jusqu’au cœur du village.

Nous reprenons la route vers Firostefani, une jolie bourgade aux abords de Fira. Puis c’est le village d’Imerovigli qui nous laisse sans voix. Ce village est également perché sur les falaises de Santorin. Il est le point de départ d’une randonnée vers le Skaros Rock, un rocher dessiné par l’érosion sur lequel la vue est imprenable. Quelques notions d’escalades peuvent être recommandées pour grimper au sommet du rocher mais ça en vaut la peine et le panorama est incroyable !

Nous finissons la journée dans, à mon sens, le meilleur endroit de l’île pour observer le coucher du soleil et parmi l’un des plus beaux villages : l’incontournable Oia !
Ce village est l’image que l’on a de Santorin avant même d’y avoir mis les pieds,
les photos des cartes postales proviennent toutes de ce village, c’est le paradis des photographes et des nouveaux « influenceurs ». Typique, mais ultra touristique, on peut y voir de nombreuses villas luxueuses ayant chacune sa piscine privée et une vue imprenable sur la mer.
Le coucher du soleil s’observe depuis le Château d’Oia. Le reflet du soleil couchant sur les maisons blanches du village est splendide, l’un des plus beaux couchers du soleil que j’ai pu admirer.

Bilan de 2 jours à Santorin :

Santorin est un joyau à ne pas manquer. La grande diversité de ses paysages permet à tous de profiter de son séjour comme bon lui semble.

D'autres expériences dans les iles grecques
Et aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires